Ambassadeur de l’UNICEF – Cyberpresse

12 août 2006 at 2:30 Laisser un commentaire

C’est le sida qui aura ramené le chanteur Corneille en Afrique noire. Il n’y avait pas mis les pieds depuis 12 ans. Depuis qu’il a fui le Rwanda ravagé par le génocide, laissant derrière lui la patrie de sa famille assassinée.

Douze ans plus tard, Corneille est retourné sur ce continent. Pas au Rwanda. Il n’est pas encore prêt à affronter ses souvenirs. À titre d’ambassadeur de l’UNICEF pour le sida, il arrive plutôt d’un séjour au Malawi. Là-bas, les ravages du sida ont pris un autre sens aux yeux du jeune chanteur.

«Je ne m’étais pas encore rendu compte à quel point, dans ces pays-là, le sida est un problème qui ne peut pas se régler de façon isolée. On ne peut pas régler le problème du sida sans s’occuper aussi des problèmes de malnutrition et d’éducation, ce qui complique beaucoup les choses», explique-t-il dans une entrevue à La Presse.

Dans ce pays de 12,5 millions d’habitants, 14% de la population est atteinte du VIH. Des hommes, des femmes, mais aussi 83 000 enfants. Ils vivent dans la honte. Ils meurent en ignorant de quel mal ils souffrent.

Le petit État est coincé entre le Mozambique, la Zambie et la Tanzanie. Un foyer sur cinq compte au moins un orphelin du sida, des enfants qui grandissent dans la pauvreté et l’isolement. Ils vivent avec la faim au ventre. Ils sont vulnérables à l’exploitation sexuelle. Ils ne vont pas à l’école. Ils ont plus à faire: assurer leur survie.

Les enfants atteints du VIH sont surtout infectés par leur mère, au moment de l’accouchement. Elles n’ont pas accès aux traitements qui réduisent les risques de transmission. Le tiers des mères séropositives contaminent leurs enfants.

L’éducation et la sensibilisation constituent des éléments clés de la lutte contre le sida. Surtout en Afrique. Au Malawi, raconte Corneille, un rite d’initiation des jeunes femmes à leur épanouissement sexuel contribue à propager le virus. « Le chef choisit une jeune femme et l’initie sexuellement. C’est une pratique qui a lieu régulièrement. Si une fille est infectée, le chef le devient aussi et il va contaminer d’autres jeunes femmes. C’est la tradition qui veut ça», déplore-t-il.

Au moins, le Malawi n’est pas en guerre. Les conflits armés aggravent la crise du sida. Selon l’UNICEF, 13 des 17 pays qui comptent plus de 100 000 orphelins du sida vivent des conflits armés ou sont au bord de la crise. La violence et le viol sont souvent utilisés en temps de guerre pour apeurer et déstabiliser les populations. C’est aussi une autre façon dont le virus se propage.

Au Rwanda, le pays de Corneille, 2000 femmes qui ont survécu à un viol ont passé un test de dépistage du VIH cinq ans après le génocide de 1994. Plus de 80% d’entre elles étaient séropositives, rapporte l’UNICEF. Pourtant, beaucoup d’entre elles étaient trop jeunes pour être actives sexuellement lorsque les groupes armés ont semé la terreur dans le pays.

«Pour les femmes qui ont été infectées par le VIH à la suite d’un viol, la honte est encore plus grande. Elles ont plus de mal encore à en parler parce que la maladie est liée à un traumatisme personnel. C’est pour cette raison qu’on peut voir une augmentation du VIH des années après l’événement», déclare le chanteur.

Le jeune homme de 29 ans est de passage à Toronto aujourd’hui. Il participe à une conférence organisée par l’UNICEF et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés au sujet de l’impact des conflits et des déplacements de population sur le VIH et le sida. Elle aura lieu en marge de la XVIe Conférence internationale sur le sida qui s’ouvre demain à Toronto et qui se poursuit jusqu’au 18 août.

Il n’y a pas que les violences sexuelles qui posent un problème dans les pays en guerre. Pour survivre et se payer de quoi manger, des gens sont obligés de se prostituer. Les soldats, pour leur part, sont loin de leur famille. Ces conditions favorisent la propagation du VIH. Sans compter les réfugiés qui fuient la guerre, souligne le président d’UNICEF Canada, qui participe lui aussi à la conférence aujourd’hui. «Les populations sinistrées, celles qui sont en déplacement, représentent un problème dans la lutte contre le sida. C’est très difficile de les rejoindre pour leur donner des services. Elles n’ont pas accès aux établissements de santé. Il y a beaucoup de travail à faire.»

Source: Pascale Breton – Cyberpresse

Publicités

Entry filed under: Nouvelles.

Sur le Malawi à la vieille des conférences de l’UNICEF Magnifiques photos du voyage au Malawi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Subscribe to the comments via RSS Feed


Bienvenue

CorneilleZone.com est un site proposant à ses visiteurs une zone web entièrement consacrée à Corneille. Les dernière nouvelles sur sa carrière, des fichiers multimédias variés, une grande collection de photographies (plus de 1000!) et différents extras comme des fonds d'écran ou des concours. Ce site espère fortifier le lien entre Corneille et ses nombreux fans. Merci de votre visite et revenez nous voir!

Annonces spéciales

Tout sur Corneille à l'Adisq!
Pour résultats, photos et vidéos de Corneille à l'ADISQ 2006.

Signer le livre d'or!
Venez en grand nombre signer le livre d'or des nouveaux mariés!

Commentaires

Maryse Uwera sur Les voeux de Corneille
mukankaka Joséphine sur Corneille s’est marié…
Une Rwandaise qui t'… sur Paris-Match: Corneille n…
Morele sur Corneille s’est marié…
marwan sur Simplement Corneille sera diff…

Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :